Publications
Cette recherche-action a ainsi donné la parole aux acteurs (joueurs et détaillants de jeux) et a révélé de fortes distorsions dans les perceptions de chacun, des écarts de représentations importants autour de la figure de « joueur à risque » et de « joueur problématique » entre le réseau de détaillants et les spécialistes de santé mentale. Ces écarts ont pour conséquences la difficulté à mettre en place de véritables actions de prévention du jeu problématique, en amont dans la formation du réseau, in situ dans l’identification des situations à risques et des situations de vulnérabilités, et en aval dans l’orientation des personnes vers les structures locales et ressources ad hoc.
La présente contribution fait état des résultats de la recherche-action menée par le pôle « Discriminations, violence et santé » de la LFSM, grâce au soutien du programme Jeu Responsable de La FDJ, soucieux de mieux qualifier les situations de vulnérabilité rencontrées dans une partie spécifique du réseau de vente : les points de vente-bars. Pour se faire, quinze mois d’enquête ethnographique ont été réalisés en immersion de novembre 2013 à janvier 2014, afin d’identifier les facteurs de protection concernant le risque addictif lié au jeu d’argent et de hasard, mobilisables dans ces lieux communautaires masculins. Quatorze points de vente ont été sélectionnés selon différents critères, dont une typologie de détaillants selon une étude de 2008. Les observations et les entretiens réalisés auprès de 66 joueurs durant ces quinze mois d’enquête ont révélé : quatre attitudes (petit plaisir, routine, évasion, contrôle), quatre comportements et étapes (entrer, commencer, continuer, arrêter et recommencer), quatre motivations et points de focalisation (lieu et lien, temps, imaginaire, identité), et cinq rapports au gain et à la perte (plaisir/surprise, rituel/image, gain, jeu, problème), pour éclairer une trajectoire de joueur problématique. Les facteurs de vulnérabilités identifiés, et les facteurs de protection à renforcer ou à mettre en place (notamment via un projet de maraudes associant des jeunes en service civique), sont articulés autour de quatre pistes de recommandation en faveur de la réduction des risques en point de vente (l’accès à l’information, la prise en charge, les moyens de substitution, l’auto-support).
Qui ne s'est jamais assis sur un banc à regarder passer les passants ? Leurs démarches. Leurs postures. Leurs manières d'avancer. Leurs manières de marcher, de flâner ou de courir. Leurs façons d'occuper l'espace. Leurs manières de vivre, d'être, de se montrer dans cet espace. Les modulations de leur corps et de leurs apparences au sein de cet espace. Cet espace c'est la rue. Ce que l'on y observe c'est la mode. Ce regard est le mien, le votre, le sien, le notre ; c'est le regard de l'inconscient collectif qui, à travers les corps individuels, dessinent le corps collectif.
«DébutPrécédent12SuivantFin»
Page 1 sur 2

Credits: Website powered by Livod - Logo & Print by Pulse Communication - Copyright © 2008 - 2018 Tendance Sociale.